Soufran Kun - Portrait Tambour

J’ai le plaisir de partager avec vous le premier “portrait tambour” ! Qu’est-ce qu’un portrait tambour ? Une sorte d’interview d’un ou une joueur/euse de tambour centrée sur sa pratique avec cet instrument merveilleux. Je compte vous proposer dans les semaines à venir un florilège de portraits qui nous permettront de définir les contours de la pratique, éminemment personnelle et pourtant tellement universelle, du tambour dans notre société.


Puissent ces portraits vous inspirer dans votre propre découverte du tambour !

***

Quand Soufran m’a contactée pour un tambour, j’ai eu l’impression de retrouver une vieille amie et j’ai su tout de suite que j’avais affaire à une joueuse de tambour aguerrie. Elle a ça dans le sang et dans l’âme. Très rapidement, nous sommes devenues proches au point que je l’ai invitée, avec d’autres femmes, pour un week-end de “sorcières” improvisé.

Fran propose de la sophrologie et des voyages au tambour, écoute ses guides et conseille ses amies. Elle est une grande soeur ou une mama au grand coeur, une accompagnatrice ancrée et déterminée, qui ne vous laisse de répit que quand vous êtes bien installé.e sur votre chemin d’âme.

Dans ce “portrait tambour”, elle nous parle de sa relation avec Tôm, son tambour, et de sa pratique, avec la spontaneité et l’humour qui la caractérisent.


Crédit photo : Laura Wencker



Rencontre

  • Décris-nous ta première rencontre avec le tambour ?

Eté 2018. Retraite Moonrise dans les Cévennes. Le chant de la source. Marion Thelliez propose un voyage vers notre allié principal, allié de pouvoir, pour aller le rencontrer, découvrir sa médecine et ses messages. C’était mon premier contact, facile, fluide lors duquel j’ai pu voir, entendre, sentir. C’était assez fou ! Dans la nuit, je me suis mise à rêver de façon très intense. Et comme dans mon voyage, les informations étaient claires et précises. Un lieu m’a été soufflé; voyage que je prépare très doucement ^^


  • Comment as-tu rencontré ton propre tambour ?

Avant de tenir Tôm dans mes mains, je l’ai rêvé. Sa peau, notre rencontre, son énergie et son élan … Tout m’avait été communiqué lors d’un rêve très précis. Il m’a fallu plus d’un an pour me faire à l’idée que j’allais voyager avec un cheval et d’accepter que je ne le fabriquerais pas de mes mains. Très rapidement, j’ai su que tu allais le mettre au monde pour moi. Tôm est mon compagnon. Il m’enseigne et me distille sa médecine. Avant lui, je m’entrainais sur un tambour en peau de chèvre que j’avais acheté sur Thomann et avec lequel je suis partie en formation FSS (Foundation for Shamanic Studies).


Sur la photo, Tôm à la plage, photographié par Fran


  • Comment as-tu appris à jouer toi-même du tambour ?

En respirant et en tendant l’oreille comme aujourd’hui. Je m’ancre, je laisse partir le premier coup, je respire, j’ouvre l’espace du coeur et je laisse venir ce qui doit venir : des mots, des sons, des visions, des chants etc...


  • Peux-tu nous parler du début de ta relation avec ton tambour ?

Au début, je jouais pour moi, en cachette. J’osais à peine émettre des murmures alors des sons et des chants … C’est venu bien plus tard. Et puis, quand j’ai commencé, je mentalisais ma frappe, mon rythme, l’endroit où la mailloche “devait” faire vibrer la peau. J’intellectualisais beaucoup. J’ai démarré peu de temps après l’achat de mon premier tambour une formation en sophrologie alors assez bêtement, je me “sophronisais” avant de me laisser aller. Aujourd’hui, ça reste toujours ma façon de faire. Je trouve que ça ouvre les perceptions :)


  • T’es-tu posé la question de ta légitimité à utiliser cet instrument ?

La légitimité est une question importante. Je me suis souvent demandée si j’en avais le droit, si je faisais correctement, si je respectais les us et traditions. Et puis, les messages arrivant de plus en plus précisément, j’ai simplement suivi ce que mes guides m’ont partagé. Cela ne m’empêche pas de continuer à me former, lire, discuter avec d’autres praticien.ne.s de la médecine du tambour pour continuer à grandir.


Ta pratique

  • A quoi ressemble ta pratique personnelle du tambour ?

Mon tambour vit avec moi au quotidien et dès que je dois me déplacer, je l’emmène. Je l’entends donc craquer/parler tous les jours et ça fait travailler mon oreille. Tôm étant très sensible à l’humidité (comme moi HAHAHA), mon oreille me permet de jauger de son besoin de chaleur pour retendre sa peau. En dehors de ce quotidien, je ne peux pas dire que j’ai de discipline ou de routine. Mais régulièrement, je me lance dans des 7/10 jours de pratique, tous les matins plus ou moins à la même heure : ancrage, respiration, tambour et méditation.


  • Que t’apporte cette pratique ?

Cette pratique m’aide à me recentrer, retrouver alignement et ancrage, à revenir dans l’espace de mon cœur et calmer le mental. Ça m'aide souvent lorsque j’ai besoin de clarifier mes idées et de trouver des éléments de réponse à mes nombreuses questions.


  • Où joues-tu du tambour ?

Principalement dans mon salon à Paris. Et dès que je le peux, je joue en plein air et ça, ça change un peu tout. La connexion avec les éléments est plus forte, fine, subtil et soutenante.


  • Que ressens-tu quand tu joues ?

De la joie et le sentiment de faire partie du tout et que le tout vit en moi.


  • Pratiques-tu avec une intention ou de manière complètement libre ?

Les 2 ma Capitaine ! En fonction de ce qui me traverse, je peux jouer avec l’intention de trouver des éléments de réponse et parfois, je joue simplement en restant ouverte à ce qui se présente.


  • Si tu pratiques le tambour pour les autres, peux-tu nous dire comment cela se passe pour toi ?

J’adore emmener les gens en voyage, les connecter à leurs alliés, trouver des symboles/objets de pouvoir/messages. Je les accompagne dans leur voyage en tâchant d’être la moins intrusive possible afin de ne pas influencer ce qui se passe. Je reste en observation, à distance. Je ne m’autorise pas à “voir” par moi-même. Je demande à mes alliés et à mes guides de soutenir l’expérience et de me souffler ce que je dois savoir pour maintenir la sécurité et la protection.


  • As-tu une ou des anecdotes amusantes / surprenantes à partager ?

Quand je voyage pour les autres, souvent j’ai un train de retard :) Je décris des scènes, des paysages une fois que les personnes les ont traversés, et du coup, ça les rassure. Quand je voyage pour moi, il m’arrive parfois de partir sur une idée-question et que mes alliés m’emmènent complètement ailleurs. Ils aiment bien ressortir un des dossiers que j’ai remis sous le tapis HAHA !


  • Sens-tu une différence entre jouer du tambour toi-même pour toi et quand quelqu’un d’autre joue pour toi ?

Quand je joue pour moi-même, je crois que je me laisse moins porter par l’expérience. Je suis plus en mode “j’vais mener mon enquête et trouver ce que je cherche”. Quand quelqu’un joue pour moi, je me laisse complètement porter par l’expérience. J’ouvre toutes mes perceptions et je reste dans la réceptivité de ce qui doit m’être remis/transmis.


  • En quoi est-ce différent de jouer seul.e ou à plusieurs ?

Jouer seule a été ma manière d’appréhender la médecine du tambour. Y aller pas à pas, un jour après l’autre. Tranquillement. En laissant venir un murmure, un son, puis un chant. En me laissant le temps d’explorer différents rythmes, sans aucune pression. Jouer à plusieurs, c’est être portée par la force et l’énergie du groupe. C’est différent. J’ai souvent l’impression d’entrer dans un vortex et ça me force à maintenir mon ancrage.


  • En quoi est-ce différent de jouer uniquement pour soi et de jouer pour les autres ?

Je ne sais pas si je fais une différence. Dans les 2 cas, j’ouvre un temps de libération, de réparation, de guérison, de quête personnelle.



Plus généralement

  • Que représente, pour toi, le tambour ?

Le battement de la vie, le lien avec l’invisible et une médecine


  • Selon toi, n’importe qui peut-il jouer du tambour ?

Toute personne qui pratique depuis l’espace du coeur


  • Faut-il être chamane pour jouer du tambour ?

A mon sens, tout le monde peut et a droit de jouer du tambour. Par contre, pour donner des soins, je pense qu’il faut être solidement formé.e et continuellement travailler sur soi. Le Shadow Work est éreintant mais absolument nécessaire lorsque l’on veut accompagner des gens dans leur guérison. Quant à être chamane, guérisseur/se, homme-femme-médecine, c’est une initiation de longue haleine avec des expériences de vie tellement hardues que je ne suis pas sure que quiconque souhaite vraiment le devenir. Celleux qui le sont n’ont pas toujours eu le choix.


  • Tambour et appropriation culturelle - qu’en penses-tu ?

Cette question est importante. Je distingue la pratique du tambour en tant qu’instrument musical de la médecine du tambour. En France, en Europe comme ailleurs, cette médecine a toujours existé. On soigne avec les herbes, la vibration des chants et des instruments, des rituels. Avec l’engouement pour le néo-chamanisme et les plantes-médecine, il y a un regain d’intérêt pour les sagesses ancestrales très ancrées et encore transmises de nos jours. Mais je crois qu’il y aussi des traditions avec lesquelles renouer sur nos propres territoires. Ce “chamanisme” plus local serait à mon sens soutenu par les esprits-éléments qui ont toujours été là.


  • Tambour et écologie - qu’en penses-tu ?

Je suis pour une forme de locavorisme. Trouver du bois et des peaux sur nos territoires issus de forêts raisonnées me semble être le minimum à respecter, si possible.


  • As-tu des conseils pour les débutants ?

Suivre l’appel du coeur et son intuition


  • Comment choisir son tambour ?

Je crois que comme pour les chats, c’est le tambour qui nous choisit, qui nous appelle.


  • Des références à proposer ? (livres, films, formations, praticiens, etc)

- Formations : Foundation for Shamanic Studies, Willem Hartman, Nanouk, Alexandra Viverge

- Films : Matrix, Avatar

- Livres : Oh lalalalalala ! Si je ne devais en conseiller qu’un, je dirai “La voie du sentir” de Luis Ansa et “Mère” de Laurent Huguelit en option

- Praticien.ne.s : Willem Hartman, Nanouk, Marilyn Brentegani

- Autres Tips : Ancrage, Respiration, Se balader en nature, Cohérence cardiaque, Rêver et Nourrir ses visions



Découvrir Soufran :

www.soufrankun.fr

https://www.instagram.com/soufran.kun/


50 views0 comments

Recent Posts

See All

© 2020 par La Femme Au Tambour. Proudly created with Wix.com

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon